Comment monter son foodtruck : les étapes

comment lancer son foodtruck

Ouvrir un foodtruck permet de se libérer des contraintes liées à la gestion d’un point de vente fixe. Il permet de gagner en mobilité, demande moins de dépense et permet d’accéder à une clientèle variée. Plusieurs autres raisons peuvent vous pousser à ouvrir un foodtruck. Mettre en place un tel projet nécessite cependant le respect de quelques étapes indispensables. Comment monter un foodtruck ? Voici les étapes indispensables pour la réussite d’un tel projet.

Définir son business plan

C’est la première étape indispensable pour tous types de projet de restauration ou de quelconque entreprise. La seule différence réside au niveau de la définition du budget prévisionnel. En effet, à défaut des frais liés au loyer, vous devez prévoir une assurance et des frais de carburant.

Les dépenses à insérer dans le business plan sont :

Le camion

Il est recommandé d’acquérir un camion d’occasion pour ouvrir son foodtruck. Le budget à prévoir dans ce cas oscille entre 20 000 et 60 000 €. Néanmoins, si vous souhaitez commencer avec un camion neuf, il faut prévoir entre 80 000 et 100 000 €. Ces tarifs prennent en compte les frais liés à la décoration du camion.

Les frais pour le carburant oscillent entre 150 et 200 € par mois. Cette tranche peut varier en fonction de votre rythme de déplacement, mais aussi du prix du carburant sur une période donnée. À ces précédents frais, il faut ajouter :

  • Les frais d’entretien ;
  • L’assurance ;
  • Les imprévus.
A lire également :   Comment obtenir une étoile au guide Michelin ?

L’équipement de l’intérieur du camion

À ce niveau, il faut prévoir les stocks de nourriture, les emballages, les sacs, les couverts en carton, les équipements de restauration rapide et un système de caisse. Ce dernier est indispensable pour bien gérer les entrées et sorties de fonds de votre foodtruck.

Autres dépenses

Les autres frais à inclure dans votre business plan sont :

  • Les coûts marketing ;
  • Les coûts de fidélisation ;
  • Les frais de création d’entreprise ;
  • Des frais d’assurances et de formations ;
  • Les honoraires de l’expert-comptable ;
  • Les frais de location d’emplacement où stationner ;
  • La contribution foncière des entreprises.

Le business plan vous permet de déterminer les recettes nécessaires afin de rentabiliser votre foodtruck, et ce, peu importe les dépenses ci-dessus.

Le choix du concept

Définir sa clientèle cible permet de mieux vendre. L’idéal est de trouver la bonne tranche d’âge qui serait intéressé par votre menu. Outre ce critère, il faut aussi prendre en compte la catégorie socio-professionnelle. De plus, il est important de trouver des noms faciles à garder pour vos plats. Aussi, rapprochez-vous de l’INPI pour vous assurer que ce nom est unique.

Ensuite, définissez le type de cuisine et les recettes que vous souhaitez proposer. Une fois fait, pensez au logo de votre business, aux pages sur les réseaux sociaux et aux contenus à publier régulièrement. Ce sont tous des éléments indispensables pour le marketing de votre foodtruck.

Le financement

Les solutions de financement pour votre foodtruck sont multiples. Il s’agit notamment d’un emprunt bancaire classique, d’un crédit-relai ou encore d’un emprunt à taux zéro. Ces aides sont disponibles sous conditions de quelques critères.

A lire également :   Quelles sont les meilleures oranges à presser ?

Il faudra également constituer un dossier avec votre business plan convaincant. Outre les solutions ci-dessus, vous pouvez trouver un financement grâce au Crowdfunding, à des aides régionales ou à une collecte de fonds auprès d’investisseurs.

Le choix d’un statut juridique

En matière de statut juridique, vous avez le choix entre une entreprise individuelle, une SARL, une SAS, une SASU ou un EURL. Dans le cas d’une entreprise individuelle, le chiffre d’affaires est plafonné à 170 000 €. Une fois l’entreprise constituée, vous devez l’enregistrer à la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) et au Registre du commerce et des sociétés (RCS).

Formations, licences et les autorisations nécessaires

Il existe plusieurs formations pour divers objectifs. Par exemple, pour manipuler les denrées alimentaires, il vous faut participer à une formation HACCP. De plus, ces denrées doivent être déclarées auprès de la direction départementale en charge de la protection des populations.

La vente de l’alcool n’est autorisée que si vous avez la licence adéquate. En plus de l’assurance du foodtruck, vous devez obtenir une carte de commerçant ambulant qui vous permettra de ventre partout.

Trouver les emplacements idéaux pour mieux vendre

Il est malheureusement impossible de s’installer n’importe où et commencer à écouler ses produits. En fonction de l’emplacement souhaité, vous aurez besoin d’une autorisation et le paiement d’une redevance.

Pour trouver cet emplacement, il faut :

  • Faire du repérage dans la ville de votre choix, par exemple auprès d’autres commerçants du marché local ;
  • Intégrer une communauté de foodtrucks sur les réseaux sociaux ;
  • Demander l’emplacement auprès de la mairie.
  • S’inscrire auprès d’un réseau de localisation de camions de restauration.
A lire également :   Comment devenir critique au Gault et Millau ?

Pour que vos clients vous trouvent plus facilement, vous pouvez créer votre compte foodtruck sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire